Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 09:08

Réponse aux vœux du 11 janvier 2014

 

J’interviens comme chaque année après la cérémonie des vœux du maire, pour apporter une autre vision des faits exposés à cette occasion. Cette année encore, certains étaient erronés et d’autres ont été utilisés comme outils de propagande au service de la majorité.

 

En effet, c’est bien seulement au nom de ses pairs et au profit du dauphin officiel, que le 1er adjoint a pris la parole en premier. Son discours n’avait rien d’un cérémonial de vœux - ou alors pour ledit héritier et son équipe - car ce ne fut qu’une longue énumération de ce qui avait été réalisé ces 6 dernières années, malgré les conseillers de l’opposition a-t-il laissé entendre, puisqu’il n’a pas manqué de les attaquer à deux reprises.

 

1ère attaque : le développement durable.

 

Concernant l’écologie et le développement durable, le 1er adjoint a indiqué que son groupe était dans l’action alors que d’autres (sous-entendu l’opposition, dont je suis) ne faisaient qu’en parler.

Déjà, au cours des vœux précédents en 2012 et 2013, il avait asséné cette leçon de démocratie, en mettant l’accent sur l’application de la feuille de route constituée par l’Agenda 21.

 

Eh bien, pour ce qui me concerne, je réponds une fois de plus que c’est tout le contraire qui s’est passé: la municipalité ne s’est  sentie obligée de s’engager dans la voie du développement durable que suite aux  rappels que je n’ai cessé d’adresser à la majorité depuis 2008.

Et comme, selon moi, cela n’avançait pas assez vite, j’ai demandé à faire partie du Conseil de développement durable. Ce Conseil devait se réunir en mai/juin 2013 ;  mais il était sans cesse reporté ; à force d’interventions en Conseil Municipal j’ai enfin réussi à le faire programmer en novembre 2013. A cette occasion, j’ai dû insister sur la nécessité de mettre en œuvre le plus tôt possible les actions sur le terrain, car on parlait encore de lancer des enquêtes d’opinion sur des thèmes déjà validés…

 

Rappel des faits :

2007 : Arrêt net de l’Agenda 21 au stade de l’avant-projet, campagne électorale oblige ! …,

20008/2009 : Mes interventions au Conseil…,

2010 : Reprise des études,

2011 : Contact population et élaboration des fiches d’action,

2012 : Adoption des fiches,

2013 : Lancement des fiches d’évaluation et début des actions,

2014 : Relance des annonces, campagne électorale oblige !

 

Je le redis ici: il a fallu 7 ans de gestation pour accoucher de cet acte fondateur d’une démarche responsable. N’est-ce pas le signe évident d’un manque absolu de volontarisme ?

Et depuis 3 ans, ceux qui ne font qu’en parler, en particulier à chaque cérémonie des vœux, ce sont bien les représentants de la majorité municipale !

Alors, assez de paroles et de propagande, entrons dans l’action !

 

2ème attaque : la construction du PLU.

 

Là encore, le 1er adjoint s’est livré à quelques erreurs et approximations faciles à faire gober à un public néophyte.

Il nous a dit que le Plan d’Occupation des Sols (POS) datait de 2001 et qu’il était nécessaire de le réviser entièrement, vu que sa durée de vie était d’environ 10 ans.

Approche juste, mais affirmation fausse !

En fait, un POS est sujet à un perpétuel remaniement, visant à le faire correspondre aux besoins d’aménagement du territoire de la municipalité. J’en veux pour preuve les nombreuses délibérations du Conseil depuis 2008, concernant certains articles du POS. Pour une ville en expansion comme la nôtre, le POS aurait dû en réalité faire l’objet d’une refonte en moyenne tous les 5 ans.

Autour de Saint-Hilaire, quasi toutes les communes se sont attelées à la révision de leur POS en tenant compte de la nouvelle réglementation, et l’ont déjà transformé en PLU (Plan Local d’Urbanisme). Après le vote en Conseil le 17 janvier 2014, notre POS vieux de 13 ans devrait enfin lui aussi se muer en PLU, incluant toutes les nouvelles règles et normes.

 

A cette occasion, le 1er adjoint s’est de nouveau livré à une attaque contre l’opposition, donc moi inclus, en lui reprochant un manque de participation aux séances de travail du groupe en charge de la préparation du PLU.

Je rappellerai simplement qu’une seule personne - je prends sa défense dans ces lignes, même si elle ne fait pas partie à ce jour de ma liste pour les municipales - a dû quelquefois manquer des séances, mais c’était pour des raisons professionnelles. Cela ne constitue en rien un motif valable pour généraliser et faire un procès à l’ensemble de l’opposition. Cet amalgame est scandaleux !

Pour ma part, j’ai assisté à 95% des réunions auxquelles j’ai été convoqué, en y apportant toujours des réponses et une critique constructive. En revanche, combien de fois m’a-t-il été donné de constater un absentéisme répété des membres de la majorité dans les commissions dont je faisais partie ! Absentéisme quantitatif et surtout qualitatif en la personne de notre maire, seul nanti du pouvoir de décision.

 

Une inquiétante contradiction.

 

Poursuivant son discours, le 1er adjoint  a ensuite révélé son empathie pour tout ce qui touche à l’enfance et surtout au scolaire, en affirmant que cette préoccupation allait même au-delà de ses combats politiques.

Diantre ! Un engagement aussi doctrinal est déjà, en soi, anormal en démocratie, mais encore plus venant d’un élu.

Ainsi, il s’est déclaré favorable à l’adoption des nouveaux rythmes scolaires, incontournables selon lui pour nos enfants du primaire. Mais, tout en indiquant que le nécessaire serait fait à la rentrée prochaine pour prendre en compte cette nouvelle situation et engager les crédits qu’elle implique… il a précisé que seul le secteur public en bénéficierait !

Pourquoi les élèves du privé n’auraient-ils pas droit à la même considération, alors qu’ils représentent 38 % des enfants hilairois ? Qui plus est, aucune discussion avec les parents et l’administration de l’école privée n’a été souhaitée par les élus, reportant ainsi aux calendes grecques un éventuel et hypothétique examen de leur cas.

Alors que tout le monde paye son impôt de la même manière, il y a là, de façon flagrante, 2 poids, 2 mesures. Où sont l’empathie, l’engagement au-delà des combats politiques revendiqués par notre orateur ?

En réalité, sa posture n’est que le reflet de ce qu’a toujours été l’action municipale : positionnement politique et décisions prises en comité restreint. J’en veux pour preuve 2 démissions importantes au sein de la majorité, dont une récente, l’intéressé critiquant « un fonctionnement autocentré, l’absence de considération des idées si on n’appartient pas au premier cercle », et dénonçant « un projet de thalassothérapie qui n’est qu’un vaste programme immobilier ».

 

Les vœux de la campagne.

 

Prenant enfin la parole, le maire a complété le tableau flatteur dépeint par son 1er adjoint en annonçant une multitude de projets : une maison médicale, un centre-ville requalifié, une navette de transport urbain, etc., qui sont, paraît-il, dans ses fontes depuis des décennies, mais qu’il n’a pu réaliser jusqu’à présent faute de moyens financiers …

Qu’à cela ne tienne, il affirme que la nouvelle équipe issue de ses rangs les aura, ces moyens. D’ailleurs, pour lui, qui mieux que ses adjoints et conseillers déjà en place, serait le plus à même de réaliser ces projets ?

En conclusion, pour le maire, la situation se résume à ceci : « tout ce que nous avons déjà fait est remarquable, tout ce que nous n’avons pas fait, nous allons le faire maintenant ! Votez pour l’équipe en place ! »

Tout cela n’a bien sûr rien à voir avec des vœux, mais tout avec une campagne électorale. Ce sont des propos dignes d’un meeting politique de mauvaise qualité : anesthésie des électeurs et diabolisation de l’opposition réputée être incapable de gérer la commune.

 

Ce comportement de l’équipe sortante est répréhensible au regard des articles L 52.8 et suivants du code électoral, qui dispose que :

« Les candidats doivent effectuer leur promotion à leurs frais et la communication ne peut dépasser le seuil de la seule information.

Les critères indiquant une information institutionnelle acceptable sont :

1.- Le caractère habituel de la communication,

2.- Le critère de continuité (quantité, budget attribué, …)

3.- Le caractère informatif sans personnalisation. »

Les critères 2 et 3 n’ont pas été respectés. Pour le 2, par rapport aux années précédentes, il y a eu une vidéo illustrant la mise en valeur du littoral (outil de promotion), un mini-show par les enfants du Conseil des jeunes sur les droits de l’homme (également une promotion sans aucun rapport avec les vœux) et l’annonce de projets de campagne qui ne pouvaient incomber à un maire sortant et ne se représentant pas. Pour le critère 3, non le moindre, le caractère informatif a été outrepassé avec l’attaque envers l’opposition par le 1er adjoint.

Le tout au bénéfice exclusif du dauphin désigné.

 

Voilà ce que je retiens de ces vœux 2014. Une entrée en campagne très discrète de l’héritier, par mécène interposé.

 

 


Facebook : https//www.facebook.com/eric.koren.2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Eric KOREN - 1er candidat déclaré de l'opposition
  • : Préparer l'alternance nécessaire à une meilleure gestion et à la définition des enjeux stratégiques de la ville de Saint Hilaire de Riez au sein de la communauté de communes du Pays de Saint Gilles. Réunir toutes les compétences afin de donner un élan nouveau à notre commune.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Pages